Nouvelles catholiques

Inscrivez-vous dans le forum pour être connecté aux liens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le nouveau témoignage de Gloria Polo : expérience de mort imminente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin


Admin
GLORIA POLO

Expérience de mort imminente – Sauvée de l’enfer

Ce nouveau témoignage de Mme Gloria Polo est édité ce jour pour la première fois.

Il est différent des autres témoignages que vous avez déjà lus. Vous y trouverez de nombreuses photos en le téléchargeant sur le lien suivant :

https://magazinelavoixdedieu.wordpress.com/2016/10/01/dernier-temoignage-nouveau-de-gloria-polo/

***

Nous vous laissons en prendre connaissance, car il est très puissant. Méditez-le et préparez-vous à faire la rencontre avec Dieu.

(Témoignage donné en Amérique et traduit en français)

***

Je veux partager avec vous un très grand cadeau que m’a fait « Papa Dieu » le 5 mai 1995.

C’était un vendredi, il pleuvait beaucoup. Mon mari et mon neveu, nous sommes arrivés à l’Université Nationale à Bogota.

Mon neveu et moi nous sommes dentistes. Nous étions en train de faire une spécialisation.

Sur la route en allant à la faculté d’ontologie, nous avons été foudroyés, frappés par la foudre.

A cause de la foudre, nous nous sommes retrouvés sans vie mon neveu et moi. Nous sautions à cause de l’électricité et nous avons fait un arrêt cardiaque.

La foudre a carbonisé tout mon corps et mes organes internes. Le foi, les reins, les poumons, les ovaires ont été très atteint à cause de la brûlure électrique.

J’étais une femme très vaniteuse, je prenais très soin de mon corps, je participais au marathon de gymnastique aérobic, je faisais un tas de régimes, toute ma vie se fut une crise de boulémie et d’anorexie.


J’ai dépensé beaucoup d’argent pour chercher à avoir un beau corps et en un instant, la foudre a enlevé tout ce dont j’étais fière dans mon corps.


Lorsqu’ils ont enfin pu nous prendre par terre, ils nous ont emmenés à l’infirmerie de l’Université Nationale et les médecins ont commencé à faire la réanimation. Mon neveu lui il n’a pas répondu.

Il avait 23 ans et il est décédé. Alors que moi-même, alors que j’étais dans une situation bien plus grave que mon neveu, papa Dieu m’a permis de revenir.

J’ai été transférée de l’infirmerie à l’hôpital. Les médecins m’ont anesthésiée pour faire les chirurgies qu’il fallait faire sur mon corps et à ce moment-là j’ai été victime d’un deuxième arrêt cardiaque.

Rapidement, les médecins m’ont ranimée mais je suis entrée à ce moment là en coma profond, mes reins ne filtraient plus et mes poumons avaient accumulés de l’eau.

Les médecins ont dit à ma famille que j’étais en train de mourir. Le plus grave c’était les brûlures de mes organes internes.

Les médecins ne conseillaient pas que je sois branchée à l’unité des soins intensifs. Ma sœur qui est médecin a dit aux médecins : Branchez ma sœur à l’unité des soins intensifs et que le Seigneur décide. J’ai été trois jours connectée branchée à cette unité des soins intensifs et lorsque j’étais en train de mourir, papa Dieu m’a fait revenir pour la surprise de toute la science médicale.

Je remercie Dieu de mettre retrouvée dans le coma.

J’étais une femme féministe. Je défendais l’avortement, l’euthanasie et si j’avais été réveillée, je n’aurais pas permis que je sois branchée à l’unité des soins intensifs et en ce moment je serais en enfer. Mais ma famille a choisi pour moi.

Lorsque je suis sortie de cette unité des soins intensifs on m’a transferée dans le pavillon des brûlés.

J’y ai passé un mois et demi et je subissais un traitement très douloureux. Tous les jours on me nettoyait et on me raclait les tissus carbonisés ; c’était très douloureux, les jambes étaient comme du charbon et elles ne me faisaient pas mal. Au bout d’un mois et demi on m’annonce qu’on va m’amputer les deux jambes. J’ai supplié Jésus pour que mes jambes ne soient pas amputées. J’ai constaté à ce moment là que l’argent ne servait pas à acheter des jambes. Jésus a redonné vie à mes jambes et elles ont perdu la couleur du charbon qu’elles avaient et la circulation s’est rétablie.

Comme seule séquelle, je dois utiliser des bottes en caoutchou parce que sinon l’électricité passe et je tombe par terre. L’endroit où la foudre est sortie, cela me fait très mal, même si cela fait de longues années de cela. Là maintenant ca me fait toujours un peu mal. Je ne marche plus comme la femme élégante que j’étais. Je clopine un peu, mais à chaque fois que je marche clopin clopan, je dis à Jésus : « Jésus je t’aime ».

Lorsque je suis sortie de l’hôpital un processus très douloureux pour mes jambes a commencé. Je me suis retrouvée au début sur un fauteuil roulant, ensuite je portais des appareils et après j’ai pu marcher par moi-même avec les baskets. Je n’avais plus de sein car ils ont été carbonnisés. Je n’avais que la pointe des seins. Mes côtes étaient creuses, il n’y avait plus de chair dessus. Il y avait comme un creu qui me faisait très mal.

Un an et demi plus tard, Jésus a mis en moi de la chair et des seins. c’est Jésus qui les a fait pousser. Je n’avais plus mes règles car mes ovaires étaient été carbonisées et Jésus m’a fait le cadeau d’une petite fille malgré mes ovaires carbonisées . J’ai même pu allaiter mon bébé.

Mais vous savez ce qu’il y a de plus beau dans tout cela, et je vous demande pardon parce qu’il n’y a pas de mot humain pour décrire cela ; lorsque je suis frappée par la foudre, je me suis retrouvée dans un amour, dans une paix, dans un bonheur, j’étais libre du temps et de l’espace dans une plénitude de bonheur indescriptible.

Il y avait comme un soleil immense très éclatant et brillant d’un blanc d’une blancheur indescriptible et de cette lumière des torrents d’amour vivants se déversaient.

A cet instant là je voyais toute l’humanité et je voyais non seulement l’extérieur des personnes mais aussi l’intérieur et vous savez ce qui m’a impressionnée : c’est le fait de voir que le péché est vivant.

Les personnes n’aiment pas se confesser et ces personnes ont l’air comme des boues marécageuses, épouvantables à cause du péché. L’odeur est horrible.

Moi je prenais dans mes bras toutes ces personnes pour les étreindre et je voulais que les personnes puissent sentir cet amour immense qui m’innondait et que seule ma fille a senti quand je l’ai prise dans mes bras.

Dans cette plénitude d’amour, lorsque je montais, je m’élevais dans cette communion d’amour, j’ai vu également toutes les personnes qui étaient décédées et là j’ai senti beaucoup de douleurs car j’avais été une très mauvaise catholique.

Je ne vivais pas une vie sacramentelle, je ne connaissais pas mon église, j’allais à l’Eucharistie comme pour chercher un porte bonheur de plus comme parmi ceux que je cherchais, j’allais à l’Eglise mais j’épiais pour pouvoir critiquer les prêtres, j’avais beaucoup de mépris pour les prêtres, je pensais qu’ils étaient des dépravés. Je me disais « jamais je n’irai me confesser avec un de ses pécheurs » ; quant aux religieuses je considérais que c’était des vieilles filles qui n’avaient pas pu obtenir un mari et donc il a fallu qu’elles entrent dans l’Eglise pour y être maintenues. Je m’éprisais également les personnes qui priaient. Je pensais que les personnes qui priaient c’était des vieilles dames ménopausées, qui ne profitaient pas de la vie, et tristement je suis tombée dans un péché de synchrétisme, c’est-à-dire que je combinais Dieu avec la sorcellerie, le Nouvel Age, et j’ai fait toute une maîtrise avec le diable dans l’occultisme : la cartomancie, l’astrologie. Quand je disais « je suis gémeau, je suis sagittaire » et bien j’étais en train de nier mon appartenance au Christ. Je suis en train de donner ma vie à ces créatures qui sont des constellations mais que Lucifer utilise pour que nous devenions esclave et Lucifer, le diable sait faire en sorte que tous ses mensonges soient cru.

J’ai fait du yoga, de la méditation transcendantale, je me levais à trois heures du matin pour prendre des énergies astrales comme si j’étais moi-même une pile électrique. Pour moi, tout était énergie positive ou énergie négative. Mes pauvres patients (Mme Gloria est dentiste), je les guérissais avec des énergies positives qui sortaient de mon corps…. Mes pauvres patients ! J’avais une telle confusion dans ce chemin du Nouvel Age que je ne me suis pas aperçue à quel moment je me suis complètement déchristianisée et j’ai commencé à faire des dépressions.

J’avais en moi une grosse erreur. Je croyais à la réincarnation. On me faisait des régressions et Lucifer mettait dans mon cerveau des images me faisant croire à des vies passées, vies antérieures, de sorte que j’avais vu mon arrière grand-mère réincarnée. J’étais végétarienne parce que j’avais peur de manger un parent à moi qui se serait réincarné dans une vache ou dans une poule …. (rires de l’assemblée).

Lorsque j’ai vu mon arrière grand-mère je me suis dit « comme j’ai été bête, on m’a trompé, on m’a volé mon argent avec les thérapies de la réincarnation » parce que lors de mon expérience surnaturelle j’ai vu mon arrière grand-mère et elle ne s’était pas réincarnée et lors de mon expérience de mort imminente, j’ai constaté que de l’autre côté il n’y a pas de temps. Tout est un présent.

Dans mon expérience, j’ai continué à monter vers cette lumière magnifique, c’était une lumière vivante, et une sagesse est venue à moi, une sagesse qui allait au-delà de mon intelligence. Lorsque je me suis approchée de cette lumière, j’ai constaté que cette lumière est vivante, elle palpite.

C’est le cœur de Jésus. Il m’avait pris dans Ses mains et c’est pourquoi j’avais cette sensation que j’étais dans un tunnel qui bougeait ; c’était Ses brans pleins d’amour et Il m’a posé sur Son Cœur et Il m’a serré sur Son Cœur. J’ai vu dans Son Cœur deux arbres vivants qui délimitaient une entrée.

Cette entrée c’était une blessure et au fonds il y avait un jardin avec un lac, c’était un lac plein d’amour.

Il y avait des fleurs qui étaient vivantes, il y avait également une prairie vivante. Tout cela était vivant et plein d’amour. Je voulais entrer . J’éprouvais un tel bonheur et moi maintenant il faut que je parle de manière chronologique mais tout cela je l’ai vécu en un instant.

Lorsque je voulais entrer, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas entrer. Je n’étais pas en grâce de Dieu et à ce même moment j’ai entendu mon mari qui criait : Gloria, s’il te plaît, ne t’en va pas, Gloria, ne sois pas lâche, pense aux enfants. Vous voyez combien le sacrement de mariage est grand. Moi je profitais du bonheur de cet amour divin mais les cris de mon mari m’ont attirée. Je le voyais qui pleurait, qui saignait… Lorsque j’étais encore vivante, mon mari m’avait dit qu’il allait faire une fête le jour où moi j’allais mourir et voilà qu’il pleurait…. en criant de ne pas partir, parce que notre couple avait été honteusement désastreux.

C’est une femme féministe qui épouse un homme macho, une vraie guerre et au final nous avions détruit l’amour que nous avions l’un pour l’autre. Quand mon mari s’est mis à crier, moi on m’a fait revenir. Quelle douleur ! Je ne voulais pas revenir alors que j’étais dans cet amour. Je suis descendue et j’ai trouvé mon corps sans vie. Les médecins s’acharnaient afin de me faire revivre après mon arrêt cardiaque. Quand je suis entrée dans mon corps, il était encore en train de faire des soubresauts, la douleur était insupportable. Il y avait de la fumée qui sortait de mon corps, de ma bouche ; une fumée bleu.

Mais j’ai eu une seconde expérience. Lorsque j’ai fait mon deuxième arrêt cardiaque, j’ai vu que des parois du bloc opératoire, des personnes se détachaient des parois, mais elles avaient un regard de haine, une haine vivante, épouvantable qui sortait de leurs yeux.

A cet instant j’ai essayé de trouver une explication scientifique à tout cela : Je me dis j’hallucine parce que je n’ai pas d’oxygène mais de nouveau cette sagesse vient à moi et avec épouvante je constate que toutes ces personnes qui sortaient des parois c’était les péchés que j’avais commis depuis que j’avais 13 ans jusqu’au dernier instant de ma vie.

A 13 ans je suis morte. Je mourus parce que depuis lors je ne me suis jamais confessée. C’est le moment où je suis arrivée à Bogota. Mes parents, alors qu’ils étaient très pauvres, ils m’ont emmené dans une école pour riches et les fillettes riches de cette école considéraient que le bonheur c’était l’alcool, la cigarette, la prostitution. Quand je suis arrivée dans cette école, j’ai commencé à être une jeune fille heureuse, alcoolique, je fumais. Les expériences sexuelles de mes copines ont commencé à m’intéresser. J’ai commencé à savoir ce qu’était le préservatif, mes copines m’emmenaient voir des films pornographiques, la sorcellerie, les pactes de sang, musiques rock et moi je disais que j’étais heureuse ! Quel grand mensonge !

Nous avons connu le grand mensonge du préservatif parce que mes copines, malgré le fait qu’elles utilisaient les préservatifs, sont tombées enceinte et leur maman puisqu’elles avaient beaucoup d’argent payaient les avortements des fillettes.

A mon époque, c’était quelque chose de monstrueux mais peu à peu je me suis habituée à voir que ce qui était mauvais était bon, que c’était un droit des jeunes et j’ai pris en grippe ma maman qui me parlait de Dieu, des valeurs et je ne voulais rien savoir de l’Eglise. J’allais prendre l’Eucharistie, obligée par ma mère. Mais c’était désespérant pour moi d’être dans la sainte Eucharistie et depuis lors je ne me suis jamais plus confessée. Voilà le coup maître du diable.

Mes amies, mes copines, qui participaient même à des orgies, disaient qu’elles ne voulaient pas aller se confesser à un homme pire qu’elles. Et puisque moi j’ai perdu à ce moment là ma personnalité, je répétais ce que disait mes copines. J’étais une copie confirme de ce qu’elles faisaient. J’ai perdu mon identité chrétienne et jamais plus je me suis confessée. Lucifer avait atteint son but avec moi. Il m’a séparée de la miséricorde de Dieu. Voilà à 13 ans.

Mais dans ma vie il y avait une très grande grâce. Une mère sainte qui adorait le Saint Sacrement . Et grâce à ma mère, malgré la pression de mes amies, j’ai toujours été femme d’un seul homme. Mon seul fiancé fut par la suite mon mari, même si je voyais la prostitution, la pornographie, les orgies comme quelque chose de super ou de normal.

Lorsque mes copines ont commencé à se faire avorter, elles ont essayé d’anesthésier le traumatisme post-avortement par le cannabis et le LSD. Mais grâce à la prière de ma mère et malgré le fait que mes amies m’offraient la drogue gratuitement, je ne suis pas tombée dans la drogue et même si j’avais décidé de m’enfoncer dans le péché, la prière de ma mère évitait que je ne tombe plus bas encore.

Au moment où j’ai eu ce deuxième arrêt cardiaque, l’horreur fut de constater que le péché n’est pas gratuit. Ils (ceux qui sortaient des parois du bloc opératoire venaient me chercher. Je me suis enfouie épouvantée, j’ai traversé les parois du bloc opératoire et j’ai sauté comme dans un vide, et je suis entrée dans des prisons vivantes et je suis passée de la lumière à l’obscurité.

Les personnes qui se trouvaient dans les cellules qui étaient en haut, là il y avait beaucoup de lumière, portaient des vêtements vraiment merveilleux. C’était des vêtements très blancs qui étaient vivants. Elles étaient revêtues de l’agneau de Dieu. Lorsqu’elles étaient encore sur la terre, c’était des personnes qui faisaient beaucoup d’adoration. Ces âmes sont sanctifiées très vite par l’Esprit Saint et elles allaient bientôt sortir de là où elles se trouvaient.

(lire la suite)

Voir le profil de l'utilisateur http://romenews.lebonforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum