Nouvelles catholiques

Inscrivez-vous dans le forum pour être connecté aux liens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Conversation avec une âme perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Conversation avec une âme perdue le Mer 19 Aoû - 19:29

Admin


Admin

Publié dans Uncategorized | Modifier


Conversation avec une âme perdue

Publié le août 19, 2015 par lavoixdedieu


Conversation avec le perdu

Cette malheureuse âme avait à peine fini de parler, qu’elle fut de nouveau tourmentée par une furie infernale qui l’engagea à cesser de se plaindre, car c’était en vain. « D’ailleurs, dit-elle, sais-tu que tu as mérité tout cela ? Combien de fois t’en a-t-on parlé avant, mais n’as-tu pas voulu y croire ? Tu te moquais de ceux qui te parlaient d’un enfer. Que dis-je ? tu étais si présomptueux et défiais la justice du Tout-Puissant en lui demandant de t’anéantir. Combien de fois as-tu provoqué Dieu à te damner ? Et tu te plains qu’il ait été répondu à tes désirs ? N’est-il pas insensé qu’après avoir si souvent appelé la damnation, il te soit si pénible d’y être assujetti ?

Le salut t’était offert personnellement, et tu l’as refusé §§; et quelle est ton audace de te plaindre d’être damné ? J’aurais davantage de raisons de me plaindre que toi, car un long temps de repentance t’a été accordé; moi, je fus livré à l’enfer dès que j’eus péché. Le salut t’a été offert, ainsi que le pardon et l’oubli; moi, aucune miséricorde ne m’a été offerte, mais dès que j’eus péché, je fus condamné au châtiment éternel. Si le salut m’avait été offert, je ne l’aurais pas méprisé comme tu l’as fait. Et il aurait été meilleur pour toi que cette offre ne t’ait jamais été faite; car alors, la damnation aurait été plus facile pour toi. Qui penses-tu qui pourrait avoir pitié de toi, qui t’es damné malgré le ciel lui-même ? »

Ceci fit crier le malheureux. « Oh ! ne continue pas à me tourmenter ainsi, je sais que j’ai causé moi-même ma perte. Oh ! que je puisse l’oublier ! La pensée que j’en ai est ici ma plus grande plaie. J’aurais voulu être damné, et c’est pourquoi je suis justement ainsi ».

Alors, se tournant vers le démon qui le torturait il dit: « Mais c’est à cause de tes tentations, démon maudit ! C’est toi qui me tentais à commettre tous les péchés dont je me suis rendu coupable, et tu me le reproches maintenant ? Tu dis que jamais un Sauveur ne t’a été offert, mais rappelle-toi que tu n’as jamais eu de tentateur non plus, tandis que j’en ai eu continuellement un, et c’était toi ! »

À ceci, le démon répondit avec mépris: « J’avoue que c’était ma mission de t’attirer ici, et souvent, tes prédicateurs te l’ont dit. Ils t’ont dit assez clairement que nous cherchions ta ruine et rôdions continuellement tels des lions rugissants, cherchant qui ils pourraient dévorer, et j’ai souvent été effrayé en voyant que vous pouviez les croire, comme plusieurs l’ont fait, à notre grand désappointement. Mais tu as voulu faire en sorte que nous t’ayons, et puisque tu as fait notre travail, il est raisonnable que nous te payions ton salaire ». Et alors, le démon le tourmenta de nouveau ce qui le fit rugir si horriblement que je ne pus rester plus longtemps à l’écouter et nous nous en allâmes.

« Combien est funeste, dis-je à mon guide, l’état de ces âmes damnées. Elles sont les esclaves du diable pendant qu’elles sont sur la terre et il avoue qu’il les tourmente pour cela quand elles viennent en enfer. »

« La malice des démons dirigée contre toute la race d’Adam est extrêmement grande, dit mon guide. Et parce que beaucoup d’âmes sont ignorantes de leurs ruses, ils réussissent à les engager dans la perdition éternelle; et comment ils les traitent ici pour avoir prêté attention à leurs tentations, tu l’as déjà vu et tu le verras encore davantage bientôt ».

Passant un peu plus loin, nous vîmes une multitude d’âmes damnées rassemblées, grinçant des dents dans une extrême rage et une extrême douleur, tandis que des démons les tourmentaient assistés d’une furie infernale qui versait continuellement sur eux du feu liquide et du soufre; ces damnés pendant ce temps maudissaient Dieu, et ceux qui étaient au-dessus d’eux blasphémaient d’une manière effroyable. Je ne pu m’empêcher de demander à un démon qui les tourmentait qui étaient ceux qu’il traitait si cruellement.

Il me dit: « Ce sont ceux qui le méritent bien. Ce sont ces misérables maudits qui voulaient enseigner aux autres le droit chemin pour arriver au ciel, tandis qu’eux-mêmes chérissaient tellement l’enfer qu’ils sont venus ici. Ce sont ces âmes qui ont été les grands agents de l’enfer sur la terre, et c’est pourquoi elles méritent une particulière attention en enfer. Nous employons tous nos soins à donner à chacun d’eux sa plus grande part de tourments: qu’ils soient assurés d’en avoir une pleine mesure ! car ils ont non seulement à répondre pour leurs propres péchés, mais aussi pour les âmes qu’ils ont égarées à la fois par leur doctrine et par leurs exemples ».

Je dis: « Parce qu’ils ont été de si bons pourvoyeurs de l’enfer, comme tu dis, il me semble que la reconnaissance devrait vous obliger à les traiter avec un peu plus de bonté ».

À mes paroles, ce démon impudent répondit d’une manière dédaigneuse. « Ceux qui espèrent de la gratitude de la part des démons ont tort; la reconnaissance est une vertu et nous haïssons toute vertu et nous professons contre elles une inimitié sans bornes. D’autre part, nous haïssons toute l’humanité et si c’était en notre pouvoir, aucun homme ne serait heureux. Il est vrai que nous ne leur parlons pas ainsi sur la terre, car c’est notre travail de les flatter et de les abuser; mais quand nous les avons ici où ils sont suffisamment attachés (car DE L’ENFER, IL N’Y A PAS DE RACHAT), nous les convainquons bientôt de la folie qu’ils ont eue de nous croire ».

De l’explication donnée par ce démon ainsi que d’autres, je ne pus que considérer la grâce indicible et infinie par laquelle les pauvres pécheurs sont amenés au ciel, et réfléchir au nombre de pièges et d’appâts déposés par l’ennemi des âmes pour les attraper le long du chemin; c’est pourquoi le Fils béni de Dieu a réalisé une œuvre de si grande valeur en sauvant Son peuple de ses péchés, en le délivrant de la colère à venir. Mais c’est une folie inconcevable et de la démence pour l’homme de refuser les offres de Sa grâce §§ et de se joindre au Destructeur.

Continuant un peu plus loin, j’entendis un maudit se lamenter sur un ton accablant au sujet des hommes qui l’avaient entraîné en ce lieu:

« J’ai su, dit-il, par ceux de qui je dépendais et qui pensais-je, pouvaient me renseigner exactement, que si je disais seulement: Seigneur, aie pitié de moi quand j’allais mourir, c’était suffisant pour me sauver. Mais, oh ! combien je me suis trouvé trompé misérablement, à mon chagrin éternel ! Hélas ! j’ai crié: miséricorde à mon lit de mort et ai trouvé que c’était trop tard. Ce maudit démon qui m’avait dit alors que je serais suffisamment sauvé, m’a dit ensuite que ce serait trop tard et que l’enfer devait être mon partage ! »

« Tu vois que je t’ai bien dit la vérité, finalement, dit le diable et alors, tu ne voudrais pas me croire. Une très jolie affaire, penses-tu. Tu as passé tes jours dans la poursuite du péché, tu t’es vautré dans la boue et tu voudrais aller au ciel après ta mort ! Qui donc, à moins d’être fou, penserait qu’il pourrait jamais en être ainsi ? Non ! celui qui, sérieusement, entend aller au ciel après sa mort doit marcher, tandis qu’il vit, dans les chemins de la sainteté et de la vertu §§. Tu dis que certains de tes compagnons de débauche t’ont enseigné qu’en disant à ta dernière heure: Seigneur, aie pitié de moi, c’était suffisant pour ton salut. Très belle excuse ! Tu aurais pu savoir, si tu t’étais seulement donné le loisir de lire la Bible, que: Sans la sanctification, nul ne verra le Seigneur. C’est pourquoi voici ce dont il s’agit: tu as voulu vivre dans tes péchés aussi longtemps que tu as pu, tu ne les as pas quittés à la fin parce que tu ne les aimais plus, mais parce que tu ne pouvais pas les pratiquer plus longtemps. Et tu sais que c’est vrai. Et pourrais-tu avoir l’impudence de penser aller au ciel avec l’amour du péché dans ton cœur ? Non, non. Il n’en est pas question. TU as été assez souvent averti pour faire attention à ne pas être déçu, car Dieu ne veut pas qu’on se moque de Lui, mais ce que tu as semé, tu dois aussi le récolter. Aussi, tu n’as pas raison de te plaindre d’autre chose que de ta propre folie, si tu vois que maintenant, il est trop tard ».

« Ce discours du démon est poignant pour le pauvre malheureux tourmenté », dis-je à mon guide et se rapporte au cas de beaucoup d’âmes qui sont actuellement sur la terre aussi bien, qu’à celles qui sont en enfer. Mais oh ! combien elles doivent juger autrement dans le triste état où elles sont, que lorsqu’elles étaient sur la terre ! »

« La raison en est, répondit mon ange gardien, qu’elles n’ont pas voulu tenir compte de ce que serait l’effet du péché, ni quel mal il représente, pendant qu’elles étaient sur terre. C’est cette étourderie qui cause la perte de milliers de personnes qui ne prennent pas garde à ce qu’elles font, ni où elles vont jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour apporter un remède à la situation.




Voir le profil de l'utilisateur http://romenews.lebonforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum