Nouvelles catholiques

Inscrivez-vous dans le forum pour être connecté aux liens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'orgueil - péché capital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 L'orgueil - péché capital le Jeu 2 Juil - 8:48

Admin


Admin
LIVRE DIXIÈME, chapitre 6

Le Sauveur Jésus m’a fait connaître aussi le nombre, la nature, les effets et les remèdes des vices capitaux qui peuvent entrer dans l’âme et la réduire en esclavage. On compte, ma fille, sept vices capitaux, c’est-à-dire sept vices, sources et origines de tous les autres vices. Ce sont : l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, l’envie, la colère et la paresse.

L’orgueil

L’orgueil est une exagération ou un désir immodéré de sa propre excellence et de ses propres mérites.

Il est permis à l’homme, ma fille, de s’aimer lui-même, d’estimer le bien que Dieu a mis en lui, l’intelligence, et tous les dons de la fortune, mais à condition qu’il reconnaîtra que tout lui vient de Dieu, qu’il n’a rien de lui-même, et que par conséquent il ne doit point regarder ce qui est bien en lui comme son œuvre ou comme son droit.

Il est même permis de désirer le bien en soi, de quelque nature que soit ce bien, pourvu qu’on le désire, non pour s’élever et se grandir, mais pour travailler à la gloire de Dieu.

Celui qui est orgueilleux sépare Dieu de tout ce qui est bien en lui-même; il ne lui rapporte pas toute chose comme à son principe, il rapporte tout à lui-même et s’en croit l’auteur et le maître. L’orgueilleux se complaît en tout ce qu’il voit en lui, dons de l’esprit, dons du cœur, dons de la fortune, au lieu de ne s’attacher à rien et de tout rapporter à Dieu.

L’orgueilleux n’écoute les avis de personne, pas même des personnes les plus sages et les plus avancées en âge; il ne veut point qu’on lui fasse connaître ses négligences, ou bien il se fâche et murmure contre celui qui l’avertit.

L’orgueilleux cherche en tout les premières places, se préférant a tout ce qu’il y a de plus élevé; il tourne en ridicule la simplicité des humbles, se soumet difficilement ou jamais, aime la contradiction, préfère une haute naissance à de bonnes mœurs, ne s’abaisse point à s’entretenir avec de plus jeunes que lui et dédaigne de se mêler parmi les vieillards, auxquels il croit être supérieur.

L’orgueilleux ne connaît point la discipline dans ses mœurs, la modestie dans sa parole, le respect dans son obéissance. Il est dur en son cœur, tenace dans sa volonté, plein de jactance dans ses discours; il est trompeur dans son humilité, mordant dans ses conversations, opiniâtre dans sa haine, ennemi de la soumission, désireux de la puissance, disposé à supplanter tout le monde, paresseux dans l’action et le travail; il veut tout savoir et sait très peu, toujours parler même de ce qu’il ne connaît point, tout entreprendre, et ignore de quelle manière il doit agir.

Enfin, l’orgueilleux croit ne faire que des actes de vertu, et s’il reconnaît ses péchés, il trouve toujours mille causes pour en diminuer la gravité ou lui servir d’excuse.

C’est ainsi, ma fille, que tous les défauts se trouvent dans l’orgueilleux. Voici quels sont les principaux engendrés par lui :
la vaine gloire, l’ambition, la présomption, l’opiniâtreté, l’esprit de contradiction, l’hypocrisie, le faste et la grandeur.

La vaine gloire est la complaisance extérieure et quelquefois secrète des avantages qu’on croit avoir sur les autres, et le désir d’être remarqué et loué par autrui. Est-il rien de plus vain que d’augmenter et d’élever le degré de ces avantages, et de les placer au dessus de ceux d’autrui? Est-il rien de plus vain que de chercher l’estime des hommes, fumée qui passe et que le moindre vent dissipe?

— L’ambition est un désir immodéré du cœur qui fait désirer les dignités et les honneurs, à cause de la considération qui s’y trouve attachée
— La présomption est cette confiance exagérée en soi-même qui fait qu’on se persuade être capable de ce qui dépasse ses forces.
— L’opiniâtreté est l’attache irraisonnable et non raisonnée à son sentiment, qu’on croit supérieur à celui d’autrui.

— L’esprit de contradiction est un mouvement du coeur qui porte à réfuter l’opinion d’un autre pour se montrer au dessus de lui par sa science et son esprit.

— L’hypocrisie est l’accomplissement menteur et faux de certains actes de vertu pour s’attirer l’estime des hommes.

— Le faste est l’emploi immodéré de la magnificence en toutes les nécessités de la vie : les habitations, les vêtements, la nourriture, afin d’obtenir une plus grande considération.
— La grandeur est cette inclination qui porte à traiter le prochain avec empire, à lui parler avec fierté, à le regarder avec mépris.

Voilà l’orgueil et les vices qu’il fait naître dans l’âme. Vous devez comprendre par ces paroles combien l’orgueil est un vice commun. Comprenez aussi combien c’est un vice dangereux. C’est lui qui dissipe toutes les vertus, qui les coupe dans leurs racines; c’est lui qui entraîne ensuite à toutes sortes de désordres. L’orgueilleux est capable de tout; il tenterait même de s’élever réellement au dessus de Dieu, s’il le pouvait.

Aussi, de tous les péchés, le péché d’orgueil est celui que Dieu déteste le plus. Voyez comme Dieu a puni le péché des anges, qui était un péché d’orgueil; voyez comme il a puni le péché d’Adam, qui était un péché d’orgueil. Ainsi il punira sévèrement dans tous les hommes l’orgueil qui sera en eux. L’orgueilleux veut s’élever, mais Dieu l’abaissera jusqu’au plus profond des abîmes.

Fuyez, ma fille, ce vice affreux, pour demeurer toujours sous la protection de Dieu et à l’abri de la domination de Satan;
fuyez ce vice affreux, pour ne point donner entrée dans votre cœur à tous les crimes et pour y faire germer toutes les vertus.

Pour cela, ma fille, considérez que l’orgueil est la cause de tous les maux de l’humanité, et qu’il domine dans tous les péchés qu’on commet contre Dieu.

— Considérez tout ce qui est en vous et ce qui est dans toutes les créatures. Qu’y trouverez-vous? néant et bassesse, et vous fuirez l’orgueil.
— Considérez que Dieu réserve aux orgueilleux les flammes éternelles d’un feu vengeur dans la société des démons, et vous fuirez l’orgueil.

Éloignez de vous tout ce qui pourrait vous porter à l’orgueil; maîtrisez ce sentiment quand vous le sentez venir dans votre cœur.

Enfin, ma fille, ayez toujours sous les yeux l’exemple de mon humilité, ayez toujours dans l’esprit le souvenir des promesses qui sont faites aux humbles et des vengeances réservées aux orgueilleux; attachez-vous à Dieu de toute votre âme, recourez à lui à l’heure de la tentation, venez vous entretenir doucement avec moi, vous reposer dans mon coeur, et l’orgueil fuira loin de vous.

Voici comment vous pourrez connaître si l’orgueil est éloigné de vous et s’il n’habite point en votre cœur :

— si vous rapportez toutes choses à Dieu,
— si vous voulez lui soumettre tout ce qui est en vous et dans les autres créatures;
— si vous aimez à être oubliée, méprisée et comptée pour rien;
— si vous ne recherchez point les premières places, ni les honneurs, ni les dignités;
— si vous reconnaissez qu’il n’y a en vous et par vous que péché et corruption, et que tout bien vous vient de Dieu;
— si vous vous croyez indigne de tout bienfait de Dieu;
— si vous supportez patiemment toute les épreuves et les contradictions de la vie;
— si vous ne cherchez point à faire le bien pour être applaudie ou recevoir des louanges;
— si vous rapportez à Dieu celles qu’on vous donne; si vous savez vous procurer quelques humiliations et n’en repousser aucune;
— si vous ne vous flattez en rien;
— si vous êtes toute de Dieu et tout à moi, ma fille, vous ne serez point orgueilleuse.

Voir le profil de l'utilisateur http://romenews.lebonforum.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum